Homosexualité dans la société

Bienvenue sur mon blog!

 

Bienvenue à tous !!! 8 juin, 2010

Classé dans : Non classé — homosexualitedanslasociete @ 15:00

Je vous souhaite la bienvenue sur mon nouveau blog! Ce site vous permet d’en savoir plus sur l’homosexualité, l’homophobie et tous autres problèmes qui se passent maintenant dans la société envers les homosexuels. J’ai ainsi inclue des critiques, des films, des vidéos, des livres et des documents intéressants afin de vous éduquer à ce sujet. Je vous incite ainsi à répondre à mon nouveau sondage de cette semaine sur l’homosexualité. Si jamais vous avez des questions, n’hésitez pas à m’écrire et exprimer vos commentaires! Amusez-vous bien Clin doeil

 

 

C.R.A.Z.Y 14 juin, 2010

Classé dans : Critiques — homosexualitedanslasociete @ 15:19

Le film C.R.A.Z.Y nous parle des problèmes d’un jeune homosexuels au courant de sa vie et dans sa famille. En voici un résumé critique que j’ai rédigé :

Film C,R,A,Z,Y 

Le réalisateur Jean-Marc Vallée nous présente le film « C.R.A.Z.Y », une histoire se déroulant dans les années 1960 qui nous parle d’amour, d’acceptation et de différence. Le film nous présente ainsi une famille ordinaire du Québec où le quatrième fils  « Zachary » est homosexuel. Tout au courant de sa jeunesse,  il est en constante recherche d’assentiment de son père qui refuse cette différence. Zachary se fait beaucoup humilier dans son milieu scolaire et ainsi par ses propres frères. Sa mère elle, découvre en lui un don de guérisseur, et son père en fait vite son préféré. Mais cette harmonie se termine aussitôt entre Zachary et son père lorsqu’il celui-ci découvre son propre fils dans la robe de sa femme. Lorsqu’il touche l’adolescence, Zachary lutte contre ses pulsions homosexuelles tout en était ridiculisé par son frère toxicomane. Tout au courant du film, il est en recherche de lui-même et sa propre orientation sexuelle tout en faisant un voyage à Jérusalem. La présence de la musique devient comme étant un aspect essentiel de l’histoire afin d’adoucir le rythme et toucher les spectateurs. Avec les costumes et les décors, nous pouvons bien voir que le récit se déroule durant les années 60. Cette histoire en général nous parle d’une vie d’un jeune adolescent homosexuel qui cherche à se faire accepter et l’amour de son père. Ceci nous démontre que dans les années 60 c’était une difficulté d’accepter les homosexuels et de nos jours nous avons ainsi encore beaucoup de difficultés à éliminer toutes ces discriminations. Après avoir vue ce film, je peux bien constater qu’une vie adolescence lorsqu’on est homosexuel n’est pas toujours facile. Bien que ce soit un film un peu exagéré et parfois comique, il fait réaliser au public que toutes discriminations contre les homosexuels ont débuté depuis très longtemps et se poursuivent encore aujourd’hui. 

 

 

Un couple homosexuel harcelé 9 juin, 2010

Classé dans : Vidéos\Reportages — homosexualitedanslasociete @ 15:45

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Homophobie cause des suicides

Classé dans : Vidéos\Reportages — homosexualitedanslasociete @ 15:44

“Tappette”, ”Fif”, “gay” sont tous des noms que des jeunes d’aujourd’hui se font traiter dans les milieux scolaires. Ceci mène à plusieurs suicides chez des jeunes moins de 17 ans et même de 11 ans. Voici quelsques exemples (le vidéo fini à 3:40) :

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

Citations pertinentes

Classé dans : Critiques — homosexualitedanslasociete @ 15:39

Au courant de ma lecture du livre  »Osti de fif », j’ai pris en notes quelques citations pertinentes qui pourront faire réaliser divers problèmes aux gens qui se passent présentement à tous les jours envers les homosexuels.

 

1.    P. 9 Avant-propos : « En 2010, notre société doit mettre un terme à ces manifestations de haine dans les cours d’école envers les gais, lesbiennes et tous ceux qu’on présume qu’ils le sont. » 

 

2.    P. 10 Avant-propos : « En plus d’être ostracisés, battus, ridiculisés, humiliés, ces adolescents devront surmonter la honte, la peur et de nombreuses mutilations émotives. » 

 

 

3.    P.10 Avant-propos « Pendant combien d’années encore verrons-nous des élèves se faire meurtrir sur les bancs d’école? Combien d’adolescents laisserons-nous se suicider, faut de nous conduire en adultes responsables? Combien de jeunes adultes devront éprouver des problèmes d’anxiété généralisée comme moi et vivre une estime de soi anéantie? Quand mettrons-nous un terme à ces sacrifices de masse? » 

 

4.    P .11 Avant-propos : «  Nous devrons, en tant que société moderne et évoluée, faire cesser ce cycle infernal qui se répète depuis des décennies dans nos établissements scolaires. » 

 

 

5.    P. 69 La résilience par le théâtre: « Cette année-là est gravée dans mon cœur pour l’éternité ; j’ai compris qu’avec le temps, on gagne à être différent, encore faut-il prendre le risque d’exprimer haut et fort qui on est. » 

 

6.    P. 69 La résilience par le théâtre : « Tous les êtres humains ont cette flamme intérieure qui ne demande qu’à se dévoiler ; il faut donc soustraire de l’environnement immédiat tout comportement qui peut la réprimer. » 

 

 

7.    P. 97 et 98 Aujourd’hui : « En réalité, même mes amis les plus proches n’ont jamais entendu parler de mes problèmes d’anxiété et de dépression. […] j’ai compris que c’est l’intolérance et les préjugés en milieu scolaire qui m’ont rendue malade. » 

 

8.    P. 98 Aujourd’hui : «  Nous, gais et lesbiennes, possédons des ressources nécessaires et utiles à la société, et nous pouvons accéder à ses richesses en vivant à part entière dans un monde sans discrimination. » 

 

 

9.    P.99 À mes bourreaux : « En assumant mon homosexualité, en fréquentant le milieu gai, j’ai découvert un monde plein de richesse, à l’opposé de vos préjugés et de vos idées préconçues. Les êtres humains de cette communauté sont aussi complexes que vous et ils sont animés par les mêmes besoins; tous veulent être heureux et ne pas souffrir. 

 

10.  P.105 Des opprimés qui se transforment en oppresseurs : «  Nous sommes trop souvent esclaves de nos peurs : peur d’être rejeté par nos pairs et par nos familles, peur de ne pas pouvoir accéder au même avancement social que les autres, peur de décevoir, peur d’être méprisé. » 

 

 

 

Entrevue avec Patrick Moreau

Classé dans : Critiques,Vidéos\Reportages — homosexualitedanslasociete @ 15:37

http://videos.lcn.canoe.ca/video/75582414001/proprietaire-homophobe-entrevue-avec-patrick-moreau/

Au courant de cette entrevue, Patrick Moreau nous explique qu’il a été victime avec son conjoint d’agression et de menaces par le propriétaire de leur appartement. Évidemment, le propriétaire ne voulait pas de gays dans son bloc appartement. Cet homme entre parfois chez Patrick Moreau et son conjoint en lui disant : « Toi tu n’a pas fini avec moi. Je veux que tu sors d’ici et je vais tout faire pour que tu sors d’ici  mon « esti de tapette » ». Le propriétaire a ainsi coupé l’eau et l’électricité, et a donné un coup de poings dans l’estomac de Patrick tout en lui cassant des côtes. Il a dû aller à l’hôpital afin de se faire soigner.  Patrick Moreau et son conjoint trouve cela très injuste de se faire menacer et agresser parce qu’ils sont gays et ont fait des plaintes à la police. Celle-ci a tout fait pour les décourager en leur disant que ceci peut prendre très longtemps, parfois ils ne peuvent point régler ce genre de problème et le propriétaire se renvergera.  

Nous sommes aujourd’hui en 2010, et un couple gay ont le droit de louer un appartement et d’avoir un toit en toute sécurité. Il y a cette preuve dans la Charte Canadienne des droits et libertés. Si les gays et lesbiennes ne peuvent point faire de plainte et qu’il n’y a personne qui peut faire un changement envers toutes ces menaces et agressions qui se passe encore aujourd’hui contre les homosexuels, et que ces gens n’ont pas les mêmes droits que les hétérosexuels alors il y a certainement un problème. Nous avons bien défendue tous les homosexuels dans la Charte Canadienne des droits et libertés en résumant qu’ils ont les mêmes droits que toutes autres personnes. Avant d’avoir lue cet article, je ne savais pas a quel point c’était même un problème pour les homosexuels de louer un appartement. Il est abominable qu’un propriétaire puisse même agresser son propre client juste parce qu’il est homosexuel. C’est horrible que les polices au Québec ne puissent pas faire un meilleur effort et que les propriétaires manquent autant de respect envers les homosexuels. Je suis en accord que toutes personnes, qu’ils soient hétérosexuels ou homosexuels, ont tous les même droits d’avoir un habitat en toute sécurité puisqu’ils donnent le même montant d’argent, et ils suivent bien les mêmes règlements. 

 

 

 

« Facebook et propos homophobes »

Classé dans : Articles,Critiques — homosexualitedanslasociete @ 15:36

http://blogues.cyberpresse.ca/collard/2010/05/12/facebook-et-propos-homophobes/

 Dans cet article, Nathalie Collard nous parle d’un nouveau groupe sur Facebook nommé : «  Contre l’homosexualité » d’où les auteurs et participants se définissent ainsi : « contre ces malades mentaux, contre ces propagateurs du sida, et contre cette pratique immoral. » Cette femme a envoyée un courriel à l’agence « High road communication » qui s’occupe de Facebook. Puis, le représentant Alexandre Lainesse a bien confirmé qu’ils ne peuvent rien faire pour empêcher la création de page ou de groupes qui tiennent des propos haineux. Donc, il faut seulement attendre que Facebook retire la page en question malgré que son temps de réaction soit très lent. D’après elle, il devrait avoir moyen plus efficace afin d’empêcher la circulation de groupes comme tels sur Facebook. 

Pour commencer, je suis bien en accord avec l’auteure tout au courant de ses opinions qui se présentent dans le texte. Facebook est devenue le média social avec plus de 350 millions d’abonnés à travers le monde. Lorsque tous les homosexuels voient les groupes nommés : « contre l’homosexualité », ceci se présente à leurs yeux comme étant de la discrimination. De plus, Facebook ne réagit pas assez rapide à ces créations de page. Je ne crois surtout pas que personne prendras la chance même de créer un groupe raciste envers les noirs ou bien les autres cultures, alors pourquoi le faire contre les homosexuels? Je me demande bien comment les hétérosexuels se sentiront si la majorité de la population était homosexuel et il y avait un groupe crée: « Contre les hétérosexuels ». Donc en bref, le message dans cet article est que la discrimination contre les homosexuels augmente de plus en plus et Facebook y assiste tout en fermant les yeux aux groupes contre les homosexuels. 

 

 

 

 

Reportage de Jacques Beauchamp sur l’homophobie

Classé dans : Critiques,Vidéos\Reportages — homosexualitedanslasociete @ 15:33

http://www.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#urlMedia=http://www.radio-canada.ca/Medianet/2010/CBF/Desautels201004161732_2.asx

Ce reportage audio-vidéo inclut des entrevues avec des opinions de quelques homosexuels. Tout au long de leur secondaire, ces jeunes se sont fait jeter sur des casiers, lancer des compas, de la glace, des roches etc. Ils gardent un mauvais souvenir de leur secondaire étant victime d’homophobie. Durant les entrevues, ces homosexuels nous expliquent que les jeunes ne veulent presque plus s’exprimer à cause de tous ces harcèlements et ils ne s’acceptent plus eux-mêmes. Ils en veulent énormément à leur école puisque la direction à toujours décidé de fermer les yeux envers ces problèmes. De plus, les enseignants ne voulaient surtout pas intervenir en étant neutre à ces situations puisqu’ils avaient peur d’être faussement étiquetés. Un exemple, Jonathan qui a maintenant 23 ans, a pris deux tentatives de suicides durant sa jeunesse. Il a décroché à l’école puisqu’il se faisait énormément harcelé à cause de son homosexualité. Tout ceci a empêché Jonathan à suivre son rêve : devenir infirmier. Il est maintenant préposé et aurait bien voulue avoir de meilleurs résultats à l’école. 

Pour commencer, j’ai trouvé très intéressant de pouvoir entendre la voix des jeunes victimes d’homophobes. L’intensité, la complexité et les sentiments qu’on découvre au courant des entrevues est très touchant aux yeux des témoins de ce reportage. Je suis en accord que la plupart du temps la direction ferme les yeux à ces problèmes, surtout dans les écoles catholiques à cause de la religion. Pourquoi n’avons-nous pas le droit d’utiliser le mot « Nègre », mais « Fif » et « Tapette » sont permis? On s’est bien débarrassé du racisme, et il est maintenant temps de faire le même pour l’homophobie. 

 

 

 »L’homophobie, peu importe l’orientation »

Classé dans : Articles,Vidéos\Reportages — homosexualitedanslasociete @ 15:24

 L’homophobie, cette hostilité envers ceux qui ont une attirance pour les personnes de même sexe, se manifeste intensément à l’école secondaire alors que les adolescents prennent conscience de leur orientation sexuelle.

100416jeunehomophobieintimidation8.jpg 

Des chercheurs de l’UQAM, qui se sont intéressés à la question, ont présenté les résultats de leurs travaux lors du congrès de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS) qui se déroule à l’Université de Montréal, cette semaine.

Maryline Chevrier et ses collègues ont établi que 38,6 % des élèves du 2e cycle du secondaire, ayant répondu à un questionnaire exhaustif, avaient été victimes d’incidents de nature homophobe à l’école dans la dernière année. Fait particulier : seulement 8 % d’entre eux s’étaient définis comme LGBT (lesbiennes, gais, bisexuels et transsexuels) au départ.

Ce pourcentage élevé s’expliquerait par l’importance que prend la non-conformité liée au genre à cet âge. Les jeunes qui sont différents par leur nature vestimentaire, leur style ou leurs intérêts sont souvent associés à une présomption d’homosexualité et deviennent alors l’objet de discrimination homophobe.

Pas moins de 69 % des répondants s’identifiant comme homosexuels ont vécu au moins un épisode homophobe.

Ces résultats ont été prélevés dans un échantillon de 2757 élèves provenant de 31 écoles québécoises.

De son côté, Marie-Pier Petit et son équipe se sont intéressées au phénomène de la résilience chez les adolescents gais victimes d’homophobie.

La résilience

C’est la capacité qu’a un individu de s’adapter de manière positive en dépit des circonstances particulièrement difficiles.

En se basant sur une série d’entrevues et de discussions avec une soixantaine de jeunes de 14 à 24 ans, les chercheurs ont identifié certains facteurs qui augmentent les capacités de résilience des jeunes homosexuels, dont voici quelques exemples :

 

  • L’acceptation de leur orientation sexuelle
  • L’importance des modèles positifs
  • Le soutien du milieu : l’acceptation de la famille et des amis
  • L’importance du coming out
  • L’implication dans des groupes communautaires
  • Le soutien d’amis qui partagent la même réalité

 

Certains participants relevaient aussi le fait qu’ils agissent comme des agents d’information en répondant aux questions des autres sur l’homosexualité.

Les auteurs ajoutent que le milieu scolaire offre peu de visibilité et de ressources et que, souvent, les participants sont responsables de rendre visible l’homosexualité et d’offrir des ressources.

Par : Radio-Canada

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2010/05/11/001-adolescence-homosexualite.shtml 

 

 

« Lutte contre l’homophobie »

Classé dans : Articles — homosexualitedanslasociete @ 15:19

  Dans plusieurs pays, l’homosexualité est un crime puni par la loi.

moyenorient180x120.jpg 

Au Liban, le groupe Helem fait pression pour faire abolir l’article 534 du code pénal, qui interdit les «relations sexuelles contre nature».

« C’est une loi qui est appliquée de différentes façons», explique Ghassan Makarem, directeur exécutif d’Helem, un acronyme en arabe de «protection libanaise pour les lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres», qui signifie aussi «rêve». L’article 534 vise directement les homosexuels. Les crimes de nature sexuelle, comme le viol et la pédophilie, font l’objet d’autres lois.

Selon l’estimation non exhaustive de l’organisme de défense des droits des LGBT, environ 10 cas par année sont jugés en cour. La communauté a par ailleurs célébré une victoire en décembre lorsqu’un juge a écrit dans son jugement que l’homosexualité n’était pas contre nature.

« On a vu beaucoup de changement depuis 10 ans. Il y a beaucoup plus de tolérance», dit M. Makarem.

Mais il reste tout de même du travail à faire. Si la communauté gaie compte de nombreux bars et peut s’afficher ouvertement à Beyrouth, la tolérance est moins grande dans les campagnes, comme c’est le cas dans de nombreux pays. L’article 534 est surtout appliquée envers des communautés pauvres et vulnérables. Les autorités ne font pas de descente dans les bars gais, fréquentés par une population aisée. Ils répondent plutôt à des plaintes ou se rendent dans des endroits reconnus pour être des lieux de rencontres d’homosexuels.

Au Liban, changer une loi prend du temps. Avec la guerre civile et les années d’instabilité politique qui ont suivi, les gouvernements qui se sont succédé ont eu beaucoup de pain sur la planche.

Si la France et plusieurs autres pays ont décidé de lancer un appel aux religions pour la Journée internationale contre l’homophobie, Helem a préféré établir ses propres priorités, en organisant hier une série d’activités concentrées sur la diversité et la solidarité avec d’autres mouvements.

Selon Ghassan Makarem, l’homosexualité n’est pas vécue plus facilement ou plus difficilement pour les musulmans ou pour les chrétiens du pays. « Les deux religions sont contre. Et les deux religions ont à peu près le même poids politique», dit-il. Il souligne par contre que la l’article 534 est un reliquat du colonialisme français, et que l’Église catholique se prononce régulièrement contre l’homosexualité. « L’islam et la chrétienté se basent sur différents facteurs. Mais les deux sont contre», dit-il.

Helem a aussi un centre à Paris et un à Montréal. Ce dernier s’occupe particulièrement de sensibilisation à la discrimination contre les homosexuels dans les communautés arabes.

Par : Janie Gosselin

http://blogues.cyberpresse.ca/moyen-orient/2010/05/17/lutte-contre-lhomophobie/

 

 

Osti de fif

Classé dans : Critiques — homosexualitedanslasociete @ 15:09

Osti de fif est un livre que j’ai lu au courant de ma recherche sur l’homosexualité. Voici un résumé critique :

Image Osti de Fif  

Victime d’harcèlement en raison de son orientation sexuelle, Jasmin Roy nous présente dans ce livre pour faire état des atrocités de son passé et de celles qui perdurent en 2010 dans tous les milieux scolaires. Dans son livre, cet homme veut raconter son histoire, faire de la prévention et inciter à la tolérance contre l’homophobie. Il dit : « Je ne m’adresse pas qu’aux jeunes. C’est aussi un appel aux parents, pour qu’ils sachent comment plusieurs enfants s’expriment dans les cours d’école et pour qu’ils saisissent à quel point c’est une épidémie. Ça prendrait un vaccin pour enrayer cette cruauté, comme pour la grippe A H1N1 » Jasmin écrit ses moments d’angoisse, cris de révolte, ses souvenirs de panique et son humiliation dans l’autobus scolaire et les couloirs de son école en mots directs et anecdotes pour faire passer un message au public. Durant sa jeunesse, il a perdu sa vitalité et sa joie de vivre tout en se faisant traiter d’ « osti de fif », et de « tapette » à l’école par de jeunes bourreaux. Durant sa vie adulte, Jasmin a du encore franchir des obstacles causé par l’intolérance et les préjugés dans son milieu scolaire: anxiétés, et crise de panique avec hyperventilation. Il devait aller voir un médecin pour prendre des remèdes et ensuite voir un psychologue afin de pardonner ses adversaires qui le hante encore. Avec un ton sérieux au courant de son histoire, Jasmin Roy explique qu’il a enfin pu retrouver la joie de vivre est y est allé ainsi de son humour qui le caractérise bien. Il s’est fait bien connaître en 1990 dans le rôle de Mathias Bélanger dans le téléroman « Chambres en Ville ». Ceci prouve que son entrée dans le théâtre au secondaire la bien marqué en l’aidant a continuer  cette carrière dans son futur et tout en étant un secours contre les préjugés et ses douleurs au courant de son secondaire. Maintenant, il anime à la télévision, il fait des entrevues, présente des spectacles etc. 

Il est clair que  cet homme voudrait faire un changement en écrivant ce l ivre, et espère que les homophobes se reconnaissent en le lisant. Il dit : « Je ne m’en vais pas à la guerre avec ça. J’espère que certaines personnes vont se reconnaître, que ceux qui agissent avec cruauté se sentiront concernés et que ça suscitera des réflexions »Ce livre serait en fait, très important pour tous les jeunes victimes d’homophobie qui mettront la main sur ce livre. Peut-être même que ce livre pourrait changer la vie de plusieurs gens ou même faire réaliser certaine personne comment l’homophobie est un grave problème dans tous les milieux scolaires. 

 

 

12
 
 

CRC-PHONE IMPACT EXPERT |
Le Katye Pak Topaz, l'Expér... |
quotidien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madioucisse
| Les anniversaires des stars
| FRANCESCA esprit Channeling