Homosexualité dans la société

Bienvenue sur mon blog!

 

« Facebook et propos homophobes » 9 juin, 2010

Classé dans : Articles,Critiques — homosexualitedanslasociete @ 15:36

http://blogues.cyberpresse.ca/collard/2010/05/12/facebook-et-propos-homophobes/

 Dans cet article, Nathalie Collard nous parle d’un nouveau groupe sur Facebook nommé : «  Contre l’homosexualité » d’où les auteurs et participants se définissent ainsi : « contre ces malades mentaux, contre ces propagateurs du sida, et contre cette pratique immoral. » Cette femme a envoyée un courriel à l’agence « High road communication » qui s’occupe de Facebook. Puis, le représentant Alexandre Lainesse a bien confirmé qu’ils ne peuvent rien faire pour empêcher la création de page ou de groupes qui tiennent des propos haineux. Donc, il faut seulement attendre que Facebook retire la page en question malgré que son temps de réaction soit très lent. D’après elle, il devrait avoir moyen plus efficace afin d’empêcher la circulation de groupes comme tels sur Facebook. 

Pour commencer, je suis bien en accord avec l’auteure tout au courant de ses opinions qui se présentent dans le texte. Facebook est devenue le média social avec plus de 350 millions d’abonnés à travers le monde. Lorsque tous les homosexuels voient les groupes nommés : « contre l’homosexualité », ceci se présente à leurs yeux comme étant de la discrimination. De plus, Facebook ne réagit pas assez rapide à ces créations de page. Je ne crois surtout pas que personne prendras la chance même de créer un groupe raciste envers les noirs ou bien les autres cultures, alors pourquoi le faire contre les homosexuels? Je me demande bien comment les hétérosexuels se sentiront si la majorité de la population était homosexuel et il y avait un groupe crée: « Contre les hétérosexuels ». Donc en bref, le message dans cet article est que la discrimination contre les homosexuels augmente de plus en plus et Facebook y assiste tout en fermant les yeux aux groupes contre les homosexuels. 

 

 

 

 

 »L’homophobie, peu importe l’orientation »

Classé dans : Articles,Vidéos\Reportages — homosexualitedanslasociete @ 15:24

 L’homophobie, cette hostilité envers ceux qui ont une attirance pour les personnes de même sexe, se manifeste intensément à l’école secondaire alors que les adolescents prennent conscience de leur orientation sexuelle.

100416jeunehomophobieintimidation8.jpg 

Des chercheurs de l’UQAM, qui se sont intéressés à la question, ont présenté les résultats de leurs travaux lors du congrès de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS) qui se déroule à l’Université de Montréal, cette semaine.

Maryline Chevrier et ses collègues ont établi que 38,6 % des élèves du 2e cycle du secondaire, ayant répondu à un questionnaire exhaustif, avaient été victimes d’incidents de nature homophobe à l’école dans la dernière année. Fait particulier : seulement 8 % d’entre eux s’étaient définis comme LGBT (lesbiennes, gais, bisexuels et transsexuels) au départ.

Ce pourcentage élevé s’expliquerait par l’importance que prend la non-conformité liée au genre à cet âge. Les jeunes qui sont différents par leur nature vestimentaire, leur style ou leurs intérêts sont souvent associés à une présomption d’homosexualité et deviennent alors l’objet de discrimination homophobe.

Pas moins de 69 % des répondants s’identifiant comme homosexuels ont vécu au moins un épisode homophobe.

Ces résultats ont été prélevés dans un échantillon de 2757 élèves provenant de 31 écoles québécoises.

De son côté, Marie-Pier Petit et son équipe se sont intéressées au phénomène de la résilience chez les adolescents gais victimes d’homophobie.

La résilience

C’est la capacité qu’a un individu de s’adapter de manière positive en dépit des circonstances particulièrement difficiles.

En se basant sur une série d’entrevues et de discussions avec une soixantaine de jeunes de 14 à 24 ans, les chercheurs ont identifié certains facteurs qui augmentent les capacités de résilience des jeunes homosexuels, dont voici quelques exemples :

 

  • L’acceptation de leur orientation sexuelle
  • L’importance des modèles positifs
  • Le soutien du milieu : l’acceptation de la famille et des amis
  • L’importance du coming out
  • L’implication dans des groupes communautaires
  • Le soutien d’amis qui partagent la même réalité

 

Certains participants relevaient aussi le fait qu’ils agissent comme des agents d’information en répondant aux questions des autres sur l’homosexualité.

Les auteurs ajoutent que le milieu scolaire offre peu de visibilité et de ressources et que, souvent, les participants sont responsables de rendre visible l’homosexualité et d’offrir des ressources.

Par : Radio-Canada

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2010/05/11/001-adolescence-homosexualite.shtml 

 

 

« Lutte contre l’homophobie »

Classé dans : Articles — homosexualitedanslasociete @ 15:19

  Dans plusieurs pays, l’homosexualité est un crime puni par la loi.

moyenorient180x120.jpg 

Au Liban, le groupe Helem fait pression pour faire abolir l’article 534 du code pénal, qui interdit les «relations sexuelles contre nature».

« C’est une loi qui est appliquée de différentes façons», explique Ghassan Makarem, directeur exécutif d’Helem, un acronyme en arabe de «protection libanaise pour les lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres», qui signifie aussi «rêve». L’article 534 vise directement les homosexuels. Les crimes de nature sexuelle, comme le viol et la pédophilie, font l’objet d’autres lois.

Selon l’estimation non exhaustive de l’organisme de défense des droits des LGBT, environ 10 cas par année sont jugés en cour. La communauté a par ailleurs célébré une victoire en décembre lorsqu’un juge a écrit dans son jugement que l’homosexualité n’était pas contre nature.

« On a vu beaucoup de changement depuis 10 ans. Il y a beaucoup plus de tolérance», dit M. Makarem.

Mais il reste tout de même du travail à faire. Si la communauté gaie compte de nombreux bars et peut s’afficher ouvertement à Beyrouth, la tolérance est moins grande dans les campagnes, comme c’est le cas dans de nombreux pays. L’article 534 est surtout appliquée envers des communautés pauvres et vulnérables. Les autorités ne font pas de descente dans les bars gais, fréquentés par une population aisée. Ils répondent plutôt à des plaintes ou se rendent dans des endroits reconnus pour être des lieux de rencontres d’homosexuels.

Au Liban, changer une loi prend du temps. Avec la guerre civile et les années d’instabilité politique qui ont suivi, les gouvernements qui se sont succédé ont eu beaucoup de pain sur la planche.

Si la France et plusieurs autres pays ont décidé de lancer un appel aux religions pour la Journée internationale contre l’homophobie, Helem a préféré établir ses propres priorités, en organisant hier une série d’activités concentrées sur la diversité et la solidarité avec d’autres mouvements.

Selon Ghassan Makarem, l’homosexualité n’est pas vécue plus facilement ou plus difficilement pour les musulmans ou pour les chrétiens du pays. « Les deux religions sont contre. Et les deux religions ont à peu près le même poids politique», dit-il. Il souligne par contre que la l’article 534 est un reliquat du colonialisme français, et que l’Église catholique se prononce régulièrement contre l’homosexualité. « L’islam et la chrétienté se basent sur différents facteurs. Mais les deux sont contre», dit-il.

Helem a aussi un centre à Paris et un à Montréal. Ce dernier s’occupe particulièrement de sensibilisation à la discrimination contre les homosexuels dans les communautés arabes.

Par : Janie Gosselin

http://blogues.cyberpresse.ca/moyen-orient/2010/05/17/lutte-contre-lhomophobie/

 

 
 

CRC-PHONE IMPACT EXPERT |
Le Katye Pak Topaz, l'Expér... |
quotidien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | madioucisse
| Les anniversaires des stars
| FRANCESCA esprit Channeling